sam. 21°C

LA VIE QUOTIDIENNE

Les activités du village

Les fouilles archéologiques permettent d'affirmer que Tremona était un site d'une grande importance, doté d'une activité artisanale respectable, à commencer par le travail des métaux. Des éclats de fonte, de la cendre, du charbon, un foyer et une dalle sur laquelle poser un soufflet ont été retrouvés dans l'un des bâtiments du village : il s'agissait donc d'une forge, où l'on produisait ou réparait des objets de fer. Toujours dans le castrum, on a retrouvé des boucles, des ornements de bonne qualité, et même une pierre de touche, utilisée pour évaluer la pureté des métaux - un objet rarissime dans ce genre d'endroit.

Artisanat textile et agriculture

Environ 90 fusaïoles en pierre ollaire ou en terre cuite, deux poids de métier à tisser, les restes de la roue d'un rouet, les dents d'un peigne à carder, des dés à coudre et des aiguilles aux dimensions et matières différentes ont été retrouvés à Tremona. Tout cela confirme que le village accueillait des activités de manufacture artisanales, comme la filature, le tissage, la couture et le travail des peaux de bêtes. Par ailleurs, l'économie typique médiévale se basait en grande partie sur l'autosuffisance. En plus de l'artisanat, l'agriculture et l'élevage revêtaient aussi un rôle très important dans l'économie du village, où l'on cultivait du seigle et du blé, du millet et du sorgho, des pois chiches et des lentilles.

Les habitudes à table

Les prochaines fouilles et les nouvelles recherches des archéologues qui étudient le passé de Tremona permettront sans aucun doute de reconstruire plus en détail les habitudes de la vie quotidienne de ce village médiéval construit aux abords des Alpes. Ainsi, il sera possible de redonner vie aux habitants des lieux et de raconter une histoire qui, bien que présentée dans une version réduite, restera fascinante et pleine de gestes et de choses simples. Le point de départ pourrait être la nourriture, consommée dans des bols principalement faits de bois, et cuite dans des récipients en pierre ollaire sur un feu qui n'était jamais éteint, car il constituait la seule source de chaleur de la maison.