sam. 21°C

CURIOSITÉS

Les énigmes non résolues

De nombreux mystères subsistent suite aux fouilles effectuées à Tremona. Certains d'entre eux sont difficiles à comprendre et sont de véritables énigmes. Par exemple, les restes d'une chèvre adulte ont été retrouvés sur le seuil d'un bâtiment. Les restes ont été placés comme pour honorer un rituel : le crâne tourné vers l'est et entouré des pattes, disposées de façon à ce que se touchent les sabots. Une dépouille on ne peut plus évocatrice, pour lesquelles aucune explication n'a encore été trouvée... Il n'en existe à ce jour aucune autre dans les archives. On peut imaginer qu'il s'agit d'une pratique votive, symbolique, ou d'un acte effectué dans le cadre d'un rite de fondation.

Le "trésor" de Tremona

Un petit butin de pièces d'argent a également été découvert à Tremona. Ce sont 702 deniers de Milan et 103 deniers de Crémone qui sont découvertes dans une première phase de fouilles, en 1991. En 2000, 16 autres pièces de Milan et 6 pièces de Crémone sont retrouvées, tandis que les fouilles de ces dernières années ont permis de découvrir 222 pièces supplémentaires: les plus anciennes remontent à l'époque romaine (deux as, l’un datant de la République romaine, de 211 à 89 av. J.-C., et l’autre datant de la période augustéenne, de 16 à 6 av. J.-C.), et la plus récente remonte au XVe siècle (il s'agit d'un sestino de la république de Lucques). Sans oublier la plus ancienne pièce de monnaie retrouvée au village : une drachme insubre en maillechort, frappée entre la fin du IIe et le début du Ier siècle av. J.-C. où l'on peut lire le mot ρικοι (Rikoi).

Le mythe du serpent à deux têtes

Parmi les objets les plus beaux et significatifs ayant fait partie du passé de Tremona,
on trouve la fibule à disque en bronze, devenue par la suite le symbole du parc archéologique, et une boucle qui représente une figure anthropomorphe vêtue d'une longue tunique plissée, d'où sortent deux jambes et quatre bras écartés. La tête de cette figure présente deux grands yeux, un nez et une petite bouche. Dans les cheveux, on aperçoit ce qui semble être un diadème. Difficile de dire ce qu'elle représente : un prêtre, un chamane, un guerrier ? Enfin, tout aussi beau et énigmatique est l'ornement retrouvé, datant de la fin du XIIe siècle et qui semble représenter l'amphisbène, le serpent légendaire à deux têtes - l'une à chaque extrémité du corps. Celui-ci devint symbole du Bien et du Mal au commencement de l'ère chrétienne, l'une des têtes représentant le Christ et l'autre Satan.