dim. 3°C

LES FOUILLES

Les premières recherches

En 1988, un chercheur local, Alfio Martinelli, intrigué par l'appellation de « château » associée depuis toujours à la colline du nord de Tremona, commence de lui-même des recherches sur les lieux abandonnés depuis des siècles et sur lesquels la forêt avait repris ses droits. Martinelli découvre immédiatement de nombreux amas de pierres, qui émergent au milieu de la végétation. Leur disposition ne semble pas être un hasard. Bien au contraire. Les premières enquêtes confirment l'hypothèse selon laquelle se cache un véritable trésor en hauteur : l'on retrouve des tessons de céramique, des outils en silex et des objets en métal, comme des fibules en bronze, des pointes de flèche et des fragments de fer, datables à la période comprise entre le Néolithique et le Moyen-Âge. Au sommet de Tremona, après plusieurs siècles, voilà que l'histoire refait surface.

Le début des fouilles

Les premières et véritables fouilles, commencées en 1991 avec l'accord du Conseil d'État, permettent de retrouver de nombreuses pièces de monnaie médiévales. Les constructions retrouvées sont, en même temps, documentées à travers des reproductions. En 1999 naît l'Association Recherches Archéologiques du Mendrisiotto (ARAM) dont l'objectif est de rendre les interventions systématiques et de permettre aux membres de contribuer à la valorisation du site. Au fil des ans, les recherches se poursuivent et voient participer des organismes publics et privés suisses, italiens et européens, des musées, des facultés universitaires et des laboratoires d'archéobiologie. Depuis 2002, les apprentis du Centre de formation professionnelle de la Società Svizzera Impresari Costruttori (SSIC) participent activement aux travaux de consolidation et de conservation des structures découvertes.

Le village revoit le jour

La deuxième phase des fouilles commence en 2000 et révèle les secrets bien gardés de la colline de Tremona. Les recherches se concentrent sur le niveau inférieur du poggio, où 27 édifices resurgissent du passé, tous construits avec la pierre locale extraite d'une petite carrière située dans la partie nord-est du site. Un premier modèle évolutif est élaboré, permettant de redécouvrir la vie quotidienne des habitants du castrum. À partir de fin 2008, les fouilles s'étendent aux autres niveaux et mettent en évidence 24 constructions en pierre. Les recherches sont financées par les membres de l'ARAM et par quelques généreux mécènes.

Le parc archéologique prend vie

L'importance des découvertes faites à Tremona-Château pousse les institutions cantonales, communales et bourgeoises à travailler à une valorisation complète des fouilles. C'est ainsi que naît le Parc archéologique, inauguré les 3 et 4 septembre 2016 lors de deux journées consacrées aux reconstitutions historiques de la vie quotidienne du village. La prochaine étape est la réalisation d'un Antiquarium, un espace d'exposition où conserver les trouvailles du castrum et le lancement des initiatives didactiques et de promotion du parc.